· 

Catherine Léger, un parcours entre force et épanouissement

Catherine Léger portrait

 

On continue avec les portraits d’entrepreneurs, aujourd’hui j’ai la chance de poser mes questions à Catherine Léger. On s’est rencontrées lors d’un salon des entrepreneurs voici plusieurs années.

Je te laisse te présenter …

 

Quel a été le déclic pour te lancer et depuis combien de temps ?

Il y a 10 ans, la grande aventure commençait pour moi ! Fonctionnaire d’état, chargée de communication au Ministère de la Défense, basée sur Nantes depuis peu de temps (enfin, un poste à Nantes après 25 ans !) notre organisme était dissous et restructuré.

 

Que faire ? Encore une mutation ? Me lancer en pleine crise économique dans le secteur privé ?

Je voulais être commerciale automobile : place en école OK, mais concession NON (45 ans, récession économique…).

Bref, je passais du temps dans mon emploi à écouter les autres. Les gens aimaient me demander des conseils, des avis et j’ai toujours été une femme soucieuse de mon image : communication...image personnelle…

Pourquoi pas le conseil en image personnelle et professionnelle ?

 

J’ai intégré une école de conseil en image à NANTES pour une Licence Supérieure de Conseil en Image et Communication. 1 an après, j’obtenais mon certificat et me lançais dans la grande aventure de l’entreprenariat. La CCI et l’expert-comptable m’ont conseillé le statut d’Entrepreneur Individuel assujetti à la TVA (pour récupérer une partie de mes charges).

Quelle erreur, je n’aurai pas dû les écouter, mais le statut d’auto entrepreneur venait de naître, les entreprises étaient frileuses vis à vis du statut en terme de crédibilité, car je pensais vendre des prestations non seulement aux particuliers mais aussi aux entreprises. J’avais postulé, pendant mon école de formation, pour un bureau pro dans une pépinière d’entreprise et le dernier jour de mes examens, on me proposait un bureau sur NANTES EST ENTREPRISE pour une installation au 1er mai 2010. J’ai démissionné de la fonction publique (il fallait être folle, mais j’avais l’aval de mon conjoint qui ne voulait pas entendre parler de mutation !) pour m’installer dans un bureau où la déco était entièrement à refaire et ma communication aussi...

 

Tu as comme moi, fait évoluer tes activités, peux-tu nous les présenter et pourquoi as-tu changé plusieurs fois d’activités, qu’est ce qui te plait le plus ?

De 2010 à 2013, après une communication pro et béton (beaucoup d’argent investi), des conférences en entreprise pour décrocher des contrats, la course à 7h30 le matin dans les réseaux pro pour me faire connaître, des offres GROUPON (ou comment l’offre low-cost vous tue à petit feu, mais il faut bien payer ses factures…), des salons, des partenariats…

Ne sachant plus comment faire pour arriver à gagner ma vie, j’ai décidé de m’installer en binôme avec une styliste ongulaire sur Basse-Goulaine. Encore de l’argent investi (Déco, com….) mais ce nouveau positionnement m’a apporté un peu de nouveau trafic client au début.

 

Les vêtements étant mon support de travail, j’ai choisi de m’installer, parallèlement en VDI (Vendeur à Domicile Indépendant) pour une marque de prêt à porter française et pour une marque de maquillage puisque j’avais une prestation de cours d’auto maquillage. Je faisais des ateliers et mon fichier client m’a permis un démarrage en douceur et facile. Au bout de 3 années, je me suis aperçue qu’un bureau n’était pas nécessaire, puisque je me déplaçais souvent et donc j’ai installé un bureau à mon domicile pour alléger mes charges pro.

Enfin je commençais à gagner de l’argent (après en avoir perdu beaucoup et sans aucune indemnité chômage mais juste 1 année de salaire versée par l’administration qui m’avait permis de tenir la tête hors de l’eau pendant 6 années). Je me suis dit que cette entreprise me pesait (compta, paperasse….) et j’ai décidé de la fermer fin 2016 pour ne faire que de la VDI. Cela faisait 2 ans que je me sentais sombrer vers les abysses, ce qui n’est pas ma nature, mais une entreprise génère beaucoup de stress et on sort très souvent de sa zone de confort. Ce qui nous rend plus fort…. mais à quel prix pour ma santé….

 

J’ai démarré le yoga derviche qui m’a sauvée, éveillée vers une dimension plus spirituelle et surtout m’a redonné force et paix intérieure… L’envie, à nouveau, d’apporter du bien-être autour de moi, avec une approche moins superficielle que le vêtement. Même si j’adorais mon métier de conseillère en image (redonner confiance en soi ou trouver la bonne image professionnelle pour bien communiquer), j’avais envie d’autre chose…

C’est là qu’est venu à moi l’univers du magnétisme avec les bijoux magnétiques ENERGETIX pour le bien-être et la beauté et les produits naturels ECOSYSTEM pour prendre soin de son corps et préserver son capital santé.

 

Aujourd’hui, je m’épanouis dans ces 2 domaines et je vais proposer une autre approche du magnétisme, à partir de fin juin, en intégrant un appareil à champ magnétique pulsé pour soulager bon nombre de maux pour tous ceux qui recherchent une approche naturelle pour accompagner la médecine traditionnelle. Ce qui veut dire, combiner mon statut VDI avec la micro entreprise pour proposer des prestations en libéral.

 

Quelles difficultés as-tu rencontré ? Comment les as-tu surmontées ?

Un entrepreneur peut se sentir seul lorsque son activité n’est pas au TOP, ce qui engendre beaucoup de stress.

Des difficultés pour décrocher des contrats pro. Les entreprises n’avaient pas de budget pour financer les formations de leurs salariés (N’oubliez pas en 2010, c’était la crise économique…).

Trouver toujours une nouvelle clientèle car une fois que j’apprenais aux particuliers, hommes et femmes, comment se mettre en valeur, comment retrouver confiance et amour de soi, mon travail était terminé en 1 à 8 séances, suivant le type de prestation demandée. Pour surmonter ces difficultés, il ne faut pas rester seul dans son coin. Il faut bouger, sortir, rencontrer d’autres entrepreneurs.

Ne pas hésiter à se faire accompagner par un professionnel, comme Floriane, pour sortir la tête du guidon.

 

Où en es-tu aujourd’hui, comment fonctionne tes activités ? Comment envisages-tu l’avenir ?

Aujourd’hui, je me sens sereine et à ma place dans mon chemin de vie. J’avais développé une équipe lorsque j’étais conseillère de mode et cette activité de management me plaisait autant que la vente de vêtements. Donc, j’ai commencé à développer, une nouvelle équipe de conseillères dans le bien être. J’aime le côté formation, transmission de mes connaissances.

Être entrepreneur ou travailleur solo est le travail le plus riche qui soit. Il n’y a pas plus polyvalent !

 

Quels sont tes modes de communication, quelles actions ont le mieux fonctionnées pour te faire connaitre ?

Je suis sur Facebook, j’ai une plaquette de com, j’ai fait de nombreux salons depuis le début de l’année pour me faire connaître en tant que conseillère en bien-être. Je fais également une lettre d’information bien-être que j’envoie à mon fichier client tous les mois, pour garder un lien. C’est important. Je m’associe avec des thérapeutes pour mettre des évènements en place. Tout est intéressant, mais le plus difficile c’est de choisir les bons endroits pour être vu. Ce qui marche une fois à un endroit n’est pas forcément source de bons retours sur une autre date.

 

Qui sont tes clients ?

Maintenant, essentiellement des particuliers mais je vais aller vers les professionnels (restaurants, bars…) pour faire connaître le dernier produit ECOSYSTEM qui est un ÉLIXIR de SAFRAN liquide. Produit français, unique sur le marché, qui peut faciliter la tâche des restaurateurs et leur suggérer de nouvelles recettes culinaires.

 

Raconte-nous une anecdote marquante dans ton parcours.

A la création de mon agence de conseil en image, j’avais fait appel à un professionnel de la communication pour mon image de marque (logo, site internet, plaquette, pub voiture…). Ce professionnel avait été choisi sur la pépinière qui m’hébergeait.

J’ai hésité à travailler avec lui car il avait une image de jeune “loup de mer” qui était un peu négligée en apparence mais son approche de travail m’avait plu. Son image laissait présager un manque de rigueur et peut être un peu de retard dans le travail.

Moi, une jeune pro de la communication non verbale, j’aurai dû m’abstenir… Et j’ai fait l’inauguration de mon entreprise à la date prévue mais sans communication parce que les plaquettes n’étaient pas prêtes, ni les cartes de visite….

Quand j’ai quitté la pépinière, on a échangé longuement car au début, il n’était pas du tout convaincu par mon métier. Pour lui le plus important c’était le savoir, la technicité dans le travail et l’image était la moindre de ses préoccupations. Toutefois, il m’a avoué avoir loupé la signature de certains contrats et il ne comprenait pas pourquoi. Finalement, il était arrivé ce jour-là, dans mon bureau, bien coiffé et la chemise repassée ; ce qui faisait la différence avec nos premières rencontres, 3 années plus tôt.

Je lui ai dit : "Je pense que tu comprends pourquoi, j’avais des doutes sur notre collaboration, car ton image laissait supposer de la négligence et il y avait eu du retard dans la réalisation des prestations commandées."

Aujourd’hui, il avait une image plus pro et rassurante pour le client. Il aurait moins de difficultés, dorénavant dans la signature de ses contrats !!!

 

Etre entrepreneur demande beaucoup d’investissement, arrives-tu à décrocher ?

Il faut s’imposer des règles dans la gestion de ses horaires car les clients vous contactent à n’importe quelle heure ! Je travaille du lundi au dimanche en fonction de ce qui se présente, mais j’ai la chance de pouvoir planifier mes 8 heures de yoga mensuelles aux jours et horaires qui me conviennent, m’accorder une pause d’1 heure pour une marche bienveillante pour mes poumons et mon esprit. Et rien que pour cela, j’aurai du mal à retourner dans la vie d’un salarié.

 

Trois adjectifs pour décrire ton parcours d’entrepreneur ?

Force, enrichissement, épanouissement

 

Une citation qui t’inspire

“Le passé n’existe plus. Crée désormais un présent et un avenir tels que tu le souhaites”

 

Quelles personnes t’ont inspiré ? Ou t’inspirent aujourd’hui ?

Ma prof de yoga, Martine, qui m’a beaucoup aidé à sortir la tête de l’eau quand le moral n’était pas au beau fixe. Elle m’apporte sagesse, sérénité et force.

 

Etre entrepreneur a changé quoi dans ta vie ?

Moins de confort financier et la perte de ma maison mais je n’ai jamais été aussi épanouie et sereine dans ma vie personnelle et professionnelle.

 

Quels conseils peux-tu donner aux personnes qui souhaiteraient se lancer dans des activités similaires ?

Le plus important est d’écouter son cœur. Si c’est juste pour vous, l’expérience sera toujours enrichissante. La réponse est en vous, nulle part ailleurs. Vivez pleinement et réalisez-vous...

 

RETROUVEZ CATHERINE SUR FACEBOOK

 

Le site est en mode actualisation


Je suis Floriane Resmond Accompagnatrice multi-facettes pour les indépendants nantais qui veulent développer leur entreprise sans prise de tête !