· 

Bulle Solvet, le désencombrement, l'histoire de sa vie !

Bulle Solvet portrait

 

On continue avec les portraits d’entrepreneurs, aujourd’hui j’ai la chance de poser mes questions à Bulle Solvet. On s’est rencontrées lors d’un Caf'Preneurs que j'organise chaque mois.

J'ai fait appel à Bulle pour l'aménagement de mon petit bureau professionnel.

Je vous laisse la découvrir ...

 

 

Quel a été le déclic pour te lancer et depuis combien de temps ?

Passionnée de déco, de design et de rangement depuis toujours, j’ai décidé de me reconvertir dans l’aménagement intérieur en 2015 après une quinzaine d’années passées à Paris dans le milieu artistique. J’ai toujours aimé la scénographie, les beaux matériaux, l’ergonomie. Après un parcours majoritairement sonore, j’avais besoin de couleurs et de formes.

 

Rapidement, la question du volume de nos possessions matérielles est devenue centrale. On se retrouve parfois face à des buffets pleins à craquer de choses qui ne servent jamais. On ne peut pas décorer «par dessus». J’ai senti un vent favorable en début d’année avec l’arrivée sur Netflix de la série Tidying up avec la papesse du rangement Marie Kondo, et tous ces articles sur le rangement et les bienfaits d’une vie désencombrée qui ont suivi... J’ai franchi une nouvelle étape en ouvrant la prestation Capharna’home qui vient en amont d’une prestation de décoration. J’accompagne les personnes vers une philosophie de vie plus minimaliste, je les incite à s’entourer de choses utiles qu’ils aiment vraiment. Tri, rangement, organisation. On a moins, mais de meilleure qualité. Les objets chargés émotionnellement ont disparus, chaque chose est à sa place, tout est fluide et pratique. Et en plus, avoir moins, c’est bon pour la planète !

 

Quelles études as-tu suivi ?

J’ai rejoint la formation «Techniques de base du bâtiment» d’Arinfo à Nantes, où j’ai couplé connaissances techniques et compétences en logiciels d’infographies 2D-3D.

 

A partir du moment où tu as eu l’idée, combien de temps s’est-il passé jusqu’à ce que tu te lances ?

En sortant de l’école, je ne m’imaginais pas partir à la conquête d’un CDI. Déjà parce que mes chances de me faire embaucher comme dessinatrice ou décoratrice à Nantes étaient minces (les agences prennent des architectes débutants pour dessiner et les décoratrices se comptent par centaines...), et ensuite parce que je n’avais plus trop envie de me faire diriger. D’avoir des horaires imposés. Cela n’avait plus de sens. Créer mon entreprise s’est imposé.

 

Quelles difficultés as-tu rencontré ? Comment les as-tu surmontées ?

Je ne connaissais personne. J’arpentais les salons pour parler de ma palette d’offres (dessin, home staging 3D, décoration...). Les entreprises n’étaient pas très réceptives. Je n’avais aucune légitimité, toute débutante que j’étais. Et je n’avais aucun contact dans le milieu. Trouver des clients constitue 80% du job et ce n’est pas la partie la plus plaisante... Il faut le savoir.

 

Où en es-tu aujourd’hui, comment fonctionne ton activité ? Comment envisages-tu l’avenir ?

Grâce au bouche à oreille et à des personnes qui osent me faire confiance, comme toi, mon nombre de chantiers a augmenté. Mes clients sont satisfaits et je me sens vraiment à ma place dans cette activité. Le rangement et le désencombrement semblent séduire de plus en plus de monde, tant mieux !

 

Quels sont tes modes de communication, quelles actions ont le mieux fonctionnées pour te faire connaitre ?

Je n’ai pas encore investi dans un super site qui me garantirait une "wonder" crédibilité et un référencement de dingue. J’estime pour le moment que Facebook, Instagram, quelques flyers et cartes de visite suffisent. Et surtout, je parle à chaque personne que je rencontre de ce que je fais ! Le réseau est le meilleur vecteur de client.

 

As-tu des trucs et astuces pour t’organiser au quotidien ?

Je suis la championne toute catégorie des listes et des Post It. Je note tout. J’organise mes journées par priorité, en établissant des plages horaires précises pour chaque tache. A la fin de la journée, je sais que j’ai abattu beaucoup de travail et ça m’aide à dormir ! (Ah la culpabilité de l’entrepreneur qui a le sentiment de ne jamais en faire assez...)

 

Qui sont tes clients ?

Des particuliers, des entreprises, des femmes principalement (les clichés ont la vie dure !). En phase de changement, de transition, en besoin de renouveau... J’accompagne les après-divorces, les départs d’ado, les naissances d’enfants, les créations de bulles de télétravail à la maison, le rafraichissement de bureaux d’entreprises. Ils tous en commun ont cette volonté de se réapproprier leur intérieur à leur image, je leur livre astuces et conseils personnalisés en fonction de leurs besoins et de leurs usages. Ce rafraichissement a un effet spectaculaire sur leur bien-être.

 

Raconte-nous une anecdote marquante dans ton parcours.

Une personne de ma famille qui a félicité l'un d'entre nous pour avoir été « le premier de la famille à monter sa boite"!...», alors que j'avais monté la mienne deux ans plus tôt. Nous les femmes, ce n’est pas pareil, sûrement :-)

 

Etre entrepreneur demande beaucoup d’investissement, comment fais-tu pour décrocher pendant les congés/le Week-end ?

J’ai appris à décrocher. Sauf en cas de nécessite absolue, où j’attends la sieste de mon fils pour envoyer un document urgent, le week-end, je décroche.

 

Tu rajoutes 2 cordes à votre arc avec le home détox et la rédaction web, pourquoi ce virage ?

J’envisage la vie comme un fantastique terrain d’expérimentation. Curieuse par nature, je passe régulièrement d’un domaine à l’autre. Je suis incapable de ne faire qu’une seule chose à la fois. D’ailleurs j’ai encore pleins de métiers à explorer; boulangère, psychologue, médecin, pilote de ligne, reporter de guerre !

 

Trois adjectifs pour décrire ton parcours d’entrepreneur ?

Courageux. Instructif. Nécessaire.

 

Une citation qui t’inspire

«Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été.» Albert Camus. J’aime tout de Camus.

 

Quelles personnes t’ont inspirée ? Ou t’inspirent aujourd’hui ?

India Mahdavi, Zaha Hadid, Rock The Kasbah, des boutiques comme Merci, La Maison Jouvaud ou encore Muji, le collectif Empreintes...

Il se passe beaucoup de choses aujourd’hui, et le monde est tellement connecté, c’est formidable.

Au début de ma vie, mes voyages en Grèce et au Maroc m’ont changée pour toujours. J’aime la lumière, les couleurs et les saveurs de ces pays-là. Elles ont le goût du merveilleux.

 

Etre entrepreneur a changé quoi dans ta vie ?

J’ai gagné beaucoup de confiance en moi. Je sais la valeur de mon travail, je connais mes compétences, la charge mentale que je peux endurer, la charge de travail que je peux abattre. J’encourage mes amis salariés à demander des augmentations ! Je ne gagne pas des millions mais je préfère vivre parfois plus sobrement que d’accepter d’être payée au SMIC, le montant du SMIC actuel est inacceptable et en inadéquation totale avec le cout réel de la vie. C’est indécent.

 

Tu es une multipotentielle, comme moi, quand l’as-tu découvert ?

Je ne sais plus. Il y a moins d’un an. Je suis aussi une ancienne autiste Asperger ! Je me méfie pour autant des étiquettes. Ça m’a longtemps empêchée de devenir qui j’étais vraiment. C’est parfois le fourre-tout un peu facile qui permet de rester dans le déni, de ne pas travailler sur soi. Mais vive les multi ! Oui, soutenons-nous car nous sommes souvent pris pour des touche-à-tout peu crédibles !

 

Quels conseils peux-tu donner aux personnes qui souhaiteraient se lancer ?

Faire attention d’avoir quelques économies. Car rapidement, le manque de chiffre d’affaire peut empêcher de faire les bons choix et de porter sereinement son projet. Vos amis entrepreneurs ne vous diront jamais qu’ils ont galéré au début. En fait, ils galèrent. On galère tous. Hors il faut sentir la réussite, sentir la gagne, c’est essentiel. Pas mal d’organismes aident les entrepreneurs, il ne faut pas hésiter à les solliciter.

Autre conseil; toujours écouter sa voix intérieure. Ne pas s’entêter dans un choix. Ne pas avoir peur de changer radicalement de direction quand ça s’impose. Ne jamais se mentir.

 

Un petit dernier : soyez-vous même. C’est ce qui fera votre force sur le marché, mais c’est aussi ce qui fera que vous serez à l’aise pour parler de votre projet et le rendre pérenne. Votre projet doit être le prolongement de vous, en accord avec vos valeurs et besoins profonds. En ce qui me concerne, le désencombrement, c’est l’histoire de ma vie.

 

Retrouvez-la sur son site web

SITE EN RAFRAICHISSEMENT


« Nous sommes tous des étoiles, il suffit juste d'apprendre à briller ! » - Marilyn Monroe

Mon réseau sur internet

Facebook - ma vitrine

Twitter -pour ma veille

Linkedin - pour le réseau pro

 

Mon réseau à Nantes

Créatrice : Les Caf'Preneurs

Membre de : Femmes de Bretagne