· 

Quand est-ce que tu créés une vraie entreprise ?

 

"Alors, quand est-ce que tu créés une VRAIE entreprise ?" , ça je l'ai entendu des dizaines de fois !

Voici un pot-pourri (bien pourri) de phrases que certains, auto-proclamés "vrais chefs d'entreprise", disent aux micro-entrepreneurs qu'ils se plaisent à rabaisser.

 

"L'auto-entreprise c'est un tremplin vers autre chose !"

"Tu as raison, j'aimerais faire plongeur après ..."

 

"Tu peux pas gagner ta vie avec une auto-entreprise !"

"Eh, non, tu as raison je travaille pour la gloire"

 

"C'est sympa, en plus t'es pas obligée de tout déclarer !"

"Si si, je déclare ouverte la journée des imbéciles !"

 

"Eh c'est facile, t'as pas de mal à trouver des clients ?"

"Tu as raison, il y a un réservoir à clients uniquement pour les micro-entrepreneurs"

 

"Bah, tu vois, lui il a pris des risques pour monter sa boite !"

Quand on a félicité le cousin d'avoir monté sa boite,

J'avais très envie de prendre le risque de ... mais je me suis retenue bien sur ;)

 

"Tu es entrepreneur à part entière !"

Et toi tu es la moitié d'un imbécile !

 

Tu verras ça va pas durer l'auto-entreprise, c'est un feu de paille !

C'était il y 10 ans et la personne en question a fermé son SARL au bout d'1 an faute de CA

 

Ça va, tu la créée en 3 clics, ta micro-entreprise !

Tu peux aussi dire en "3 coups de cuillères à pot" si tu veux !

 

Ah c'est cool tu as créé ton propre emploi !

Tout pareil sans congés payés, sans cotisation chômage et sans retraite ;)


ATTENTION, CE QUI SUIT N'EST PAS A METTRE DEVANT TOUS LES YEUX ...

 

J'ai personnellement du mal à être objective sur le sujet, m'épanouissant avec bonheur sous ce statut depuis bientôt 9 ans. Ce n'est pas pour autant que je le conseille à tout le monde. Il m'arrive souvent de bondir de ma chaise lorsque je lis ou j'entends des idées reçues sur le statut.

 

Les chefs d'entreprise bien pensants, ceux qui ne se verraient pas auto-entrepreneurs, ont l'intelligence de juger la compétence et la valeur d'un professionnel selon le choix de son statut, ce qui entre nous, ne vole pas bien haut, bref...

 

Voilà 10 ans que le statut existe à présent. On peut en conclure que ce statut soit disant "bas de gamme" a permis a des milliers de français de créer une entreprise et pas sans risque !

Car j'en connais beaucoup qui ont démissionné d'un emploi bien payé dans les secteurs privé ou public pour créer leur ME en ayant bien conscience qu'ils sont sans filet comme tout entrepreneur : pas chômage, pas ou peu de retraite, pas de congés payés etc.

 

D'autres idées reçues à la noix comme "Ça te permet de créer son propre emploi", sont tellement éloignées de la vérité. On créé un projet de vie avec des objectifs.

 

L'auto-entreprise est un statut juridique. Et quel que soit son statut, l'échec ou la réussite font partie de la vie d'un entrepreneur. Si l'activité ne fonctionne pas, il faut d'abord se pencher sur la manière dont elle a été gérée, la communication, les compétences, le flux des ventes ou de clients ...

C'est tout un ensemble. Et être en société ne garantit pas la réussite loin de là !

 

Je suis sous le statut d'auto-entrepreneur depuis 2010 à temps plein (Oui ce n'est pas qu'un complément de revenus...) et je gère mes activités d'accompagnement et auparavant de services, comme n'importe quelle entreprise même si la compta est simplifiée.

 

Que l'on soit en ME, EIRL ou EURL, on est seul dans le bateau et on  jongle avec ses différentes casquettes : commercial, relations clients, communication, comptabilité...

 

Le piège est souvent le même: la sous-estimation par l'(auto-)entrepreneur de la charge et des coûts de son activité ainsi que le temps consacré à ce qu'il y a autour, car il faut beaucoup travailler, s'armer de patience, se remettre en cause, se former continuellement, ne pas se décourager, persévérer...

Et je dirais qu'effectivement, l'entreprenariat, ce n'est pas pour tout le monde.

 

Je me rappelle de cette auto-entrepreneure qui a écrit un livre sur son expérience désastreuse (Sophie Vouteau) !

Au lieu d'accuser le statut de tous les mots de la terre, est-ce qu'une seule fois elle s'est posé les bonnes questions ?

  • Suis-je faite pour être entrepreneure, travailler plus, ne plus avoir de filet de sécurité ?
  • Suis-je capable de tout gérer, est-ce que je suis capable de communiquer, de trouver mes clients ?
  • Suis-je capable de me positionner en tant que chef d'entreprise et non plus salariée ?
  • Suis-je capable d'évaluer mes tarifs et les valoriser ?

Car le mot tâcheron qu'elle emploie à tout bout de champ dans son livre plein d'amertume, me fait penser qu'elle s'est trompée de voie et qu'elle s'est bercée d'illusion toute seule. Un statut à la gestion simplifiée ne veut pas dire qu'il est simple de vivre de son entreprise quel qu'elle soit.

 

Donc en conclusion : "On ne doit pas juger un livre à sa couverture, ni un entrepreneur à son statut !"

 

Et s'il vous plait, mesdames et messieurs les ME, ne dites pas "auto-entrepreneur" quand on vous demande votre métier !

J'entends trop souvent, "Je suis auto-entrepreneur dans le batiment" ou "auto-entrepreneur dans le bien-être", ce n'est pas un métier ;)


PSST ... Vous voulez vous lancer à votre compte mais vous vous sentez perdu(e) ? Je vous invite à simplement réserver votre RDV découverte avec moi. C’est sans engagement et on pourra faire ensemble un focus sur votre situation, vos attentes, vos besoins.


Je suis Floriane Resmond et je facilite la communication et la gestion au quotidien de mes clients entrepreneurs. Je les aide à développer leur entreprise en leur transmettant mes conseils et mes stratégies simples et impactantes pour développer une image de marque qui leur ressemble.